• Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu. Parlez au coeur de Jérusalem, et criez lui Que sa servitude est finie, Que son iniquité est expiée, Qu'elle a reçu de la main de l'Éternel Au double de tous ses péchés.

    • Ésaïe 40:1-2

    • Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant

    • Jérémie 17:8

    • Éternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite!

    • Psaumes 18:2

RÉJOUISSONS-NOUS DU JOUR DE LA NAISSANCE DE L’ÉGLISE! JOYEUSE FÊTE DE SHAVUOT!

 
 

par : Jacques Isaac Gabizon

 

Qu’est-ce qu’une fête juive (Shavuot/Pentecôte) a avoir avec la congrégation de Dieu, c’est-à-dire l’Église? Bien des choses en réalité! La veille du samedi 11 juin 2016, nous aurons, en effet, le privilège d’ajouter une bougie d’anniversaire de plus aux 2000 autres bougies qui ont éclairé, depuis tant d’années, le nouveau et véritable Temple de Dieu, l’Église, qui est le corps de Yeshoua.

L’ENFANTEMENT DANS LA SOUFFRANCE POUR APPORTER L’ESPÉRANCE

Il faut reconnaître que les anniversaires sont parfois des épreuves terribles, et même mortelles dans certains cas ; le boulanger fut tué le jour de l’anniversaire du Pharaon (Gen. 40:20-23) et Jean le Baptiste perdit la vie le jour de l’anniversaire d’Hérode (Matt.14:6-11). Cependant, les anniversaires peuvent aussi être des événements joyeux. Par exemple, lorsque Dieu a délivré Israël de l’esclavage et qu’il a mis au monde et façonné une nation selon Ses objectifs. Par la suite, quelque mille quatre cents ans plus tard, Dieu a envoyé le Messie qui, par l’Esprit, donna naissance à un peuple. C’était une création enfantée dans un but précis. Ève a été modelée de la côte d’Adam. D’une façon similaire, à travers le restant d’Israël, et à travers le Nouveau Testament, Dieu a greffé les nations au lieu des bénédictions (l’olivier dans Romain 11), et donna ainsi naissance à l’Église des Juifs et des Gentils. Combien cette entité est miraculeuse et combien nous devons célébrer cette naissance! Nous, l’Église, ne sommes pas seulement appelés Sa promise, mais nous sommes aussi appelés à être le véritable Corps du Messie, tissés ensemble par les liens éternels les plus forts qui soient.

L’Église était une nouvelle institution formée d’hommes, de femmes et d’enfants, édifiée par la présence dorénavant permanente de l’Esprit Saint. Elle était créée dans le but désigné d’annoncer au monde le besoin de recourir à un Sauveur, et par la puissance dont Il était investi, de donner au monde l’exemple parfait de l’amour et du pardon inconditionnels. C’était la naissance d’une organisation dynamique fondée sur l’amour et modelée par les miracles des transformations quotidiennes qu’elle devait subir.

LE MESSIE ACCOMPLIT LES FÊTES

Shavuot arrive au quatrième rang des fêtes solennelles d’Israël (Lev.23) et la signification qu’elle revêt ne peut pas être pleinement comprise sans prendre en compte la façon dont le Messie l’a accomplie. En fait, chaque fête d’Israël ne prend son sens que si le Messie fait partie du tableau. De la même façon, la Parole de Dieu ne prend son sens que si on prend en compte l’importance de la présence d’Israël dans les Écritures. L’histoire d’Israël constitue en effet 75 % de la Bible. Du début à la fin de la Bible, on retrouve plus de deux mille références au peuple d’Israël. Et le titre : le Dieu d’Israël est cité plus de 200 fois dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

Le but de la création de l’Église ne peut pas être saisi sans la reconnaissance d’un Israël vivant, toujours en besoin et en attente du salut offert par le Messie. À la deuxième venue de Jésus,  Israël s’unira avec l’Église pour célébrer la Fête du Mariage sur terre. Cet événement suivra la cérémonie du mariage qui aura eu lieu dans les cieux entre l’Église et l’époux notre bien aimé Messie (Mat. 22:1-14)

Quand on retourne dans l’histoire biblique d’Israël, on constate qu’en raison du péché et de la rébellion, l’Esprit de Dieu avait quitté le Temple, juste avant que celui-ci ne soit détruit. Toutefois, par la mort et la résurrection du Messie, Il va maintenant accomplir la promesse qu’Il avait faite, selon laquelle l’Esprit demeurerait de façon permanente dans le cœur de chaque personne qui mettrait sa confiance dans les promesses de la Nouvelle Alliance (Jer. 31:31).

UNE LANGUE LIÉE OU DÉLIÉE?

Et qu’est-il arrivé à ces croyants lorsqu’ils ont reçu l’Esprit de Dieu le jour de la Pentecôte? Ils ont commencé à parler en langues, en langues étrangères connues. Malgré les 16 dialectes différents qui étaient probablement parlés dans la chambre haute, d’après le chapitre 2 du livre des Actes, le miracle des langues de feu leur a permis de se comprendre les uns les autres. C’était un avant-goût du royaume messianique évoqué par Sophonie 3:9 : « Car alors, je changerai la langue des peuples en une langue purifiée, pour qu’ils invoquent tous le nom de l’Éternel pour le servir d’un seul coeur.[Darby]. »

On peut se demander pourquoi les langues se sont manifestées ce jour-là? Peut-être pour souligner l’opposé de la malédiction prononcée contre la tour de Babel. À cette époque, les hommes avaient mis leurs énergies en commun pour le mal et Dieu a dû démanteler leur projet pour leur bien. Maintenant, qu’ils œuvraient ensemble d’un commun accord, l’amour qu’ils avaient pour le Messie devenait la langue commune qui les unifiait.

LA SANCTIFICATION DU LEVAIN

Tous les sacrifices offerts à Dieu devaient être sans levain. Le levain dans la Bible est connu pour être le symbole du péché. Cependant, ce qui rendait la fête de Shavuot (Pentecôte) unique, c’était qu’il fallait offrir deux pains au levain. Pourquoi? Les commentaires des rabbins passent sous silence ce passage des Écritures, sans doute parce que la signification demeurait cachée dans le mystère de son accomplissement révélé par la suite dans le Nouveau Testament (Eph.3:3-6). La raison derrière ces deux pains au levain fait référence à la fois aux juifs et aux gentils, tous deux pécheurs, d’où le levain, et qui maintenant étaient offerts en sacrifice à Dieu. Ils forment ensemble le nouveau Corps, ce mystère appelé Église. Ainsi, les gentils deviendront cohéritiers avec les juifs, partageront l’héritage et les bénédictions spirituelles du Royaume, et seront un dans le Messie (Rom.11).

L’ère de l’Église qui commença après la Pentecôte fut marquée par de nouvelles lois et de nouvelles forces. En raison du fait que l’Esprit Saint demeurait de façon permanente dans le cœur du croyant, ce dernier avait, dès lors, l’autorité et la force de contrôler ses pensées et le péché. Si tout cela se déroule sur un plan individuel, toute la terre et tous les peuples attendent l’acceptation du Messie de la part de toute la nation d’Israël… car lorsque ce sera le cas, la période du Millenium sera enclenchée. Quant à nous, l’Église, il faut que nous comprenions notre rôle dans cette dispensation, un rôle de catalyseur grâce auquel beaucoup auront accès à la connaissance du salut de Yeshoua et pourront éviter la période de la Tribulation, ainsi que le jugement éternel. De même que le Royaume messianique ne peut pas être établi sans que la mort du Messie n’ait eu lieu, de même il ne peut pas être établi sans la renaissance de la nation d’Israël.

En tant que famille de Dieu, nous l’Église, somment intimement liés les uns aux autres, différents, mais égaux dans la responsabilité que nous avons les uns vis-à-vis des autres. 1.Cor.12:26 dit : « Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. » Nos réactions dépendent de notre formation. Notre force dépend de ce que nous mangeons et où nous mangeons. Puisque l’église locale est un lieu de croissance spirituelle, nous devrions y trouver notre nourriture. De même que nous, comme les pains au levain,  avons été offerts en sacrifice, nous remercions le Seigneur pour Sa justice car elle nous transforme par Sa Parole, et nous permet d’offrir un sacrifice pur et acceptable à Ses yeux.

Leave a reply

Your email address will not be published.